Découvrez notre carte interactive Céréalhier.

Y sont répertoriés tous les acteurs de la filière Céréales anciennes du Valais.

Autour des SEMENCES et de la collection de Conthey d’abord, tous nos parrains qui ont semé des échantillons de céréales dans tout le Valais et notamment testé ces variétés en altitude.

Ensuite les PRODUCTEURS, de Vouvry à Zeneggen, qui ont fait le pari de ces cultures.

Puis les BOULANGERS qui travaillent ces céréales pour vous faire un pain sain et goûteux.

La filière Céréalhier est évolutive et la carte sera mise à jour régulièrement sur notre site.

 

 

Yummy !

Notre coopératrice France Anthoine vient de défourner un pain qui a l’air délicieux !

Avec de la bonne farine on peut faire des merveilles. Et en cette période de confinement vous avez le temps de nourrir vos levains…

Envoyez-nous des photos de vos productions et n’hésitez pas à nous solliciter si vous avez des questions sur les levains maison (079 5908587).

 

 

 

et pourquoi pas une belle brioche de Pâques …

– 1 kg de farine dont 125 gr utilisés pour le levain soit 850 gr
– 1/2 cuillère à café de sel
– 200 gr de sucre
– 4 gros œufs
– 50 gr de beurre
– 80 gr d’huile
– 1 zeste d’orange
– des oranges confites 

 

Dans le bol du pétrin travaillez les œufs avec le sucre et le zeste d’orange jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez l’huile, mélangez.

Progressivement ajoutez la farine, le sel en remuant bien. Incorporez les morceaux d’oranges confites puis votre levain. Commencez le pétrissage en rajoutant le beurre ramolli en petits morceaux. Pétrir pendant 15 minutes environ jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois du bol. Rajoutez de la farine si celle ci colle encore.

Couvrir et laissez lever 3 heures dans un endroit à l’abri des courants d’air.

Préchauffez le four à 180°C. Avant d’enfourner, avec un ciseau humidifié, faire une incision en croix sur le dessus de la brioche.
Mettre à cuire  pendant 40 minutes environ sans ouvrir le four pendant les 15 premières minutes.
Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau, la brioche doit être bien dorée.

Blé d’Orsières !

 

Notre marraine Corinne Droz, qui a semé du blé d’Orsières, nous a envoyé cette photo il y a quelques jours.

L’Orsières se réveille doucement après l’hiver dans sa patrie d’origine !

 

 

 

Idem chez notre parrain Philippe Taramarcaz à Sembrancher.

Philippe dès cet été, va tenter une expérience fort intéressante : produire du blé d’Orsières dans un champ de trèfle !

C’est une méthode ancestrale qui permet d’obtenir de beaux rendements sans labour ni intrants.

 

 

 

Nous vous souhaitons patience, résilience, et de vous porter aussi bien que poussent nos céréales… 

%d blogueurs aiment cette page :